aliart.net Design Studio

Exposition en hommage à Chaïbia et Meriem Mezian

A la Galerie de la Fondation  de la Mosquée Hassan II à Casablanca



Exposition en hommage à  Chaïbia et Meriem Mezian


La Galerie de la Fondation de la Mosquée Hassan II à Casablanca abrite une exposition collective de vingt femmes artistes peintres, tous styles  confondus, et ce  du 28 mars au 8 avril 2011 en hommage  à  ces deux figures emblématiques  de l’art marocain contemporain de renommée internationale: Chaïbia et Meriem Mezian.


Pionnière de l'art singulier


Coloriste de grand talent et  créatrice d'une oeuvre intuitive, Chaïbia fut la plus grande artiste du XXème siècle au Maroc. Réputée pour son franc-parler et son art onirique, elle  a révolutionné le monde de l’art en général et le monde de l’art marocain en particulier, en introduisant une nouvelle conception de la peinture moderne. Cette artiste de renom  est  cataloguée parmi les précurseurs de  COBRA,  mouvement moderne né en Europe en 1945,  dont les ténors étaient Appel, Corneille et Constant.
Il  s’avère très important de  souligner qu’un tableau de  Chaibia  a été exposé  à coté de celui de  Le Corbusier (grand Architecte, urbaniste, designer, peintre et écrivain de renom. En 1918, il a  fondé le purisme, critique du cubisme et retour au dessin rigoureux de l'objet. Chef de file du mouvement moderne, il  a laissé à la postérité de nombreux écrits.), et ce à la Maison de la Culture à Berlin en 2008 : « Le site de l'organisation de la seconde exposition est une série de contrastes relatifs à l'effet rhétorique à travers les expositions. Il y a l'étendue des données rhétoriques ainsi que le désordre aperçu dans la photographie documentaire. Le discours académique contemporain informel de la caméra aussi bien que  le discours du film à caractère de propagande de l'époque. Le plus flagrant aspect de ces contradictions est apparemment les deux tableaux exposés .a/ Le  Corbusier, b/ la peinture de l'artiste marocaine Chaibia. Le Contraste est flagrant : Le Corbusier exposant  l'oppresseur colonial masculin, il peint une femme au buste nu  qui représente les rêves orientalistes. En second plan,  Chaïbia une artiste autodidacte marocaine qui a grandi dans les ban lieux de Casablanca, elle a été prise en charge par les conservateurs des musés français, où elle avait un lien avec le groupe Cobra. Elle montre une femme enveloppée d'un drap blanc. Cependant, son travail prendra sa source du mythe par lequel Le Corbusier s'inspire. Particulièrement, l’Afrique du Nord, l’espace de sensibilité Matissienne. », indique le texte  de présentation de cette exposition.
Il est à rappeler qu'autour des oeuvres de  Chaibia , cinq créatrices de renommé internationale ont  présenté  leurs peintures liées à l'enfance, à la nostalgie  et à  la vie au sens onirique du terme :  Danielle Le bricquir, Huguette Machado-Rico, Michelle Odelin, Simone Picciotto Samarkande (sculptrice).
Toutes  les œuvres de ces " Etonnantes Créatrices" présentées dans l'espace du" home'Art" cherchent à partager des émotions en inventant un monde qui parle directement  au coeur et à l'esprit.
A titre de   reconnaissance, Danielle Le Bricquir a écrit au fis de la défunte Houssein  Tallal :" Luis Marcel nous a fait la joie de sa présence avec une conférence sur Chaïbia tout à fait merveilleuse qui va rester longtemps dans le coeur de chacun.
Je suis heureuse de faire aimer Chaïbia, car c'est le peintre qui a décidé de ma vie. J'hésitais entre peindre et  écrire. Un jour, par hasard (y a-t-il un hasard?) je suis tombé sur une brochure de femmes peintres parmi elles se trouvaient des reproductions de Chaïbia et ce fut le coup de foudre! J'ai abandonné le stylo pour choisir définitivement les pinceaux".



Retour aux sources

Nom incontournable de la figuration académique, Meriem Mezian.
a  su élaborer  un style personnalisé  marqué  par la profondeur  et la quête identitaire  conditionnée par  l’identité universelle et un  retour aux sources. Hypersensible,  elle gère tout un espace pictural   qui nous fait penser à Fès, à Marrakech, au Rif,  au  Cordoue et à Séville, et ce  par rapport aux diverses Andalousies. Sa peinture allusive  met en relief une  nostalgie qui  reflète le regard  profond du Maroc pluriel via le mouvement et la vie des couleurs et des paysages.  Elle a  pu créer l'alchimie des couleurs et des scintillements, en  donnant une âme  aux  personnages, et mettant en scène les  détails et  l'effet de miroir.  Elle  a  exprimé sa passion pour sa terre natale qu'elle dépeint avec  doigté et minutie.
Armée simplement de sa grande sensibilité et anthropologue avisé,  la défunte a été  un témoin de son temps dont l’œuvre  demeure  une plate forme pour  scénariser le pinceau, la gouache.  Meriem Mezian a été considérée  comme le chantre des fresques intérieures du monde arabo-musulman,  voire l'ambassadrice attitrée du Maroc, une figure illustre de sa culture et de sa civilisation. Elle  incarne une culture à dimensions multiculturelles : berbère, arabe, marocaine, hispanisante, éclectique aussi dans ses choix d'artiste et tout aussi populaire dans sa générosité.

Sujets de prédilection,  les femmes  dégagent une  intimité finement tracée et engagent une profonde quête quasi personnelle. Halo de mystère et monde visuel autonome, la peinture   pour Mezian est un hymne à l'humanité dans  tous ses états d’âme.
Un voyage dans le temps et dans l'espace,  l’art  se veut  le miroir d'une exigence : porter  comme un blason, un style et une écriture limpide et pénétrante. Son nom restera gravé dans les annales de la peinture internationale, il porte la marque profonde  d'une signature, d'un visage noble et  rayonnant.
La peinture de Meriem est  un carrefour qui nous ouvre un musée  imaginaire  et   une voix du silence. C’est l'occasion de traduire l'émotion ressentie par  les passionnés   des arts plastiques  après la disparition de l'un de ses membres les plus représentatifs de la peinture marocaine. C'est aussi un témoignage à la mémoire de  cette  artiste  avec  laquelle nous avions partagé tant d'espaces artistiques où la création était  l’univers d'expression commune.
Artiste de renommée nationale et internationale, ambassadrice  de la peinture marocaine durant toute sa vie artistique,  Meriem  est bénéficiaire d'une haute distinction culturelle nationale ne peut que faire l'objet d'égards à titre posthume.  Elle est un élément de  l’expression, de notre histoire culturelle qui a permis l'émergence de valeurs emblématiques dont le rayonnement a dépassé l'enceinte nationale pour imposer une forme picturale au delà des frontières, au delà des océans. Sa certitude était son nomadisme bâti sur le dialogue, la défense des droits de l'homme, la lutte contre l'exclusion, contre l'injustice, l'engagement pour un monde meilleur.

Chaïbia et  Meriem Mezian  ont  rendu l'âme. Mais leurs  toiles auxquelles elles   ont savamment mêlé poèmes et magie chromatique  ainsi que leurs carnets  de voyage témoigneront à jamais de leur  incontestable talent.