aliart.net Design Studio

نبذة عن مجموعة شباب الفن الأصيل للمديح و السماع الصوفي

تأسست مجموعة شباب الفن الأصيل  للمديح  و السماع  الصوفي  بفضاء صويري  زاخر بثغور التصــــــوف  السني المضيئ و الذي تمثله  في أبهى صــورة كافة الزوايا  الموجودة  بهذه المديـــنة  والتي تعتبر المنبــع الثري لتلقين هذه الفنون من أفواه  شيوخ أجلاء كالأستاذ الكبير الحاج عبد المجيد الصويري و الشريــف الأستاذ مولاي عبد الغني الكتاني اللذين  اجتهدو ا فأجادوا  وعلموا  فأفادوا  حتى  أصبح  جل الشباب  ينهلون من  ينابيـع   فنهم  الزاخر الأصيل و العمل  على  نشره  و إحياءه  بحثا   ودراسة و توثيقا  و اجتهادا ، وذلك لما فيه  من سمو الذوق  ولطافة في المعنى ولما يحققه من تصفية  النفوس   وتطهير  القلب وصقل  للأفئدة

.                                                                          
وقد كان تأسيس هذه المجموعة  الشابة  في  شهر دجنبر من  سنة  2010 على يد  مجمــوعة من  الشبـــاب  المحب  والمولع بفني المديح و السماع وعلى رأسهم الفنان الشاب هشــام ديــنــار الذي  لعب دورا كبيرا في رفع مشعل هذا الفن الأصيل إلى جانب أساتذة و محبين و غيورين على هذا التراث الراقي، ونذكر من بينهـم الأخ سمحمد الصديقي الذي كان له الفضل في دعم خطى المجموعة للسير نحو التألق و النجاح، ناهيك عن العمــل على تأصيل هذا الفن المتميز في روح الشباب.

وتضم هذه المجموعة 7 أفراد هم :{هشام دينار؛ محمد عمراني ؛ هشام بو العصافر؛ مروان الهلاب؛ يوسف عمراني؛ خولة هموش؛ إيــمان بوعاود} بالإضـافة إلى موسيـــقيين شبـاب من مدن مخـتلفة وهم /سفيان اجديرة /أنس بلهاشمي/أحمد البراق/محمد كريم/وصال بنعبد الله /عادل الحامولي. وذلك لإنفتــــــاح هذه المجموعة على كل الطاقات الشابة لتتبادل معها الخبرات و تستفيد من مهاراتها.

ومجموعة شباب الفن الأصيل شاركت في عدة تظاهرات ولقاءات تحت تأطير و إشراف  بعض جمعيـــــات المجتمع المدني.

ومن بين أهدافــها :

إحياء دور الزوايا في الحفاظ على فني المديح و السماع و نشرهما.

الإرتقاء بالموسيقى الصوفية كبديل.

البحث فى الموروث الثقافي المتنوع والعمل علع إبرازه و التعريف به  ...

نتمـنى من الله العلي القدير أن يجعل هذه المجموعة منــارة تشع منها النفحات المحـــمدية نورا خالدا يرتقي بالمتلقي نحو مدارج المحبة الصادقة.

وفقنا الله و إياكم لما فيه خير للبشرية جمعاء

L’art vise  la purification de l’âme



Hicham Dinar, natif d’Essaouira, est un jeune  artiste talentueux    qui  a impressionné recemment les passionnés du Samaa et Al Madih  ( panégyrique et psalmodie) par son group«  chabab alfan Alassil» dans le cadre de  la première edition du  Festival « âme de Mogador » ( soufflés mystiques),  et ce aux cotés  de  l’artiste virtiouse Thami Alhrak et de parolier Abderrahmane El Hamouli et bien d’autres encore.  Cet  artiste hypersensible  et acteur associatif  est doté  d’une longue formation approfondie   dans le domaine de la chanson soufie   après avoir  cotoyé les Zawayas  à Essaouira trés  jeune aincsi que le Concervatoire Municipal de la Musique.

Il a pu se forger une expérience unique à travers une carrière artistique acharnée partagée  entre les dictes  illumines et  les actions associatives, ce qui a contribué énormément à la promotion de son parcours créatif .

Une formation solide, une volonté de fer, des expériences inépuisables Dans plusieurs villes marocaines, sont autant d’éléments tirés de plusieurs univers culturels et professionnels qui ont joué un rôle fondamental dans la maturité de ses creations. Entretien





Vous êtes parmi les figures incontournables de l’art mystique  qui ont  contribué à la réussite  du Festival « âme de Mogador » à Essaouira.     Quelles sont vos attentes par rapport à cette manifestation artistique ?




Hicham Dinar :  j’estime  que cette   initiative  culturelle , première dans  son genre au Maroc, a  gagné   ce   pari  civilisationnel ; à savoir  l’acte d’ affirmer le role primordial que peut jouer   le soufflé mystique dans toutes ses formes d’expression   dans le dialogue interculturel  ainsi que dans le partage des experiences entre les artistes. C’est tout une  plate -forme d’action, d’échange et de découverte dont la demarche  consiste à« faire faire », c’est-à dire de veiller sur la valorisation et la promotion de  la creation artstique ainsi que les actions à caractère culturel par le bias de partenariats appropriés.

Pa ailleurs,  cette manifestation   a  été  une occasion pour faire  voir  quelques facettes  représentatives de l’art de Samaa et Al Madih, en presence effective d’un  parterre distingue de nos péres spirituels en l’occurrence  cheikh Almadihine  Moulay Abdelghani.  Notre souci majeur est de tisser des liens de  partenarit et de partage pour une meilleure coexistence  et partenariat entre les jeunes artistes  de par le Maroc qui ont accepté  notre invitation  et qui ont fait preuve de leur potentiel créatif. A ce titre, je tiens à saluer vivement le Centre Marocain de la Culture et des Arts Authentiques  et l’Association Essaouira Mogador pour le grand soutien accordé à cet événement citoyen pensé et réfléchie de telle facon que les artistes, tout autant que les visiteurs, puissent s’y reconnaître.



L’originalité de  votre projet artistique se situe  dans le fait de contribuer à la valorisation  de la culture mystique via l’art du  Samaa et du  Madih . Qu’en pensez-vous?







Tout à fait, l’originalité de ma démarche se traduit par l’ univers mystique  multidimensionnel  du  Samaa  et du  Madih qui s’inscrit dans la culture de la paix,  de la tolérance et de la  concorde  internationale. Notre troupe   tient à  exprimer  les  valeurs nobles  vouées à l’amour au sens spirituel du terme, en exploitant la charge symbolique de  l’éducation spirituelle. C’est un  champ libre et pure  qui englobe tout et démontre l’unité de l’existence, mais il est aussi le voile suprême dressé devant le Très Haut.  Ainsi, le chant mystique   est une voix   universelle  qui permet la purification des âmes. En  tant  que jeune artiste, j’essaie de mettre en valleur cette culture  humaine  selon une vision  moderne qui repose sur la réflexion,  la meditation et  la nouveauté, tout en affirmant la nécessité de redynamiser le rôle des  Zawayas  dans ce sens.



A travers   cette réflexion, on peut se poser la question suivante : Quelles sont les caractéristiques du Samaa et Al Madih  qui reste la source d’inspiration de votre talent musical?






Il s’avère très important de souligner que l’art du Samaa et du  Madih  est un art spirituel par excellence vu ses conceptions idéales et  ses valeurs éthiques. Cette  pratique musicale  axée sur l’élévation et la sublimation témoigne de l’apport de paix et de beauté en terre islamique et de par le monde. Elle est imprégnée par une soif  de majesté, de splendeur et d’ouverture sur l’autre, ce qui montre la richesse de l’esthétique islamique. L’importance de cet art dans le paysage artistique mondial est évidente : la majorité des tendances contemporaines sont inspirées de cet art dont  la philosophie découle essentiellement de la beauté divine, notamment la tendance sublimale.  Il est à noter que la position  centrale de l’homme  dans la pensée islamique fait de celle-ci un instrument pour l’élaboration d’une mondialisation humaine.



Dans ce cadre, quelle lecture faites-vous  de cet art à Essaouira ?


Les artistes de cette tendances , toutes générations confondues, sont conscients de l’utilité du recours à l’expérience spirituelle de l’Islam dans un contexte universel où la modernité a réalisé des progrès stupéfiants et où le monde est devenu un « village planétaire ».

Loin de toutes les contraintes matérialistes, Essaouira   fournit  grâce à ses Zawia  et à  ses maitres spirituels  une source intarissable de lumière  et d’inspiration et nous éclaire sur les questions d’aujourd’hui,   en soulignant la nécessité d’une démarche concertée pour la réalisation, par l’homme, d’une individualité transcendante et harmonieuse au sein d’une collectivité fructueuse et productrice.

Comme toutes les villes marocaines, Essaouira, terre de spiritualité, a offert au monde de nombreuses expériences artistiques aussi bien au niveau de la musique  qu’au niveau de la culture en général  dont l’influence a marqué la vie intellectuelle à l’échelle mondiale. Je profite de cette occasion pour  saluer chaleureusement  tous les acteurs qui ont contribué judicieusement à la promotion de notre troupe en l’occurrence  notre père spirituel  Mohamed Sdiki, Hassa Hmouch , Ahmed Alhiba Alfassi, Said Bouaoud, Hadj Mohamed AlHelab,  Aicha Bousebae, Sara Abdeljalil,Moulay et Moulay Idriss Alkettani. 

Quels sont les enjeux de votre troupe « chabab al fan Alassil »?



On pourra sans peine reconnaître là  l’importance  de la culture mystique  qui demeure le levier  de tout développement durable dépassant  les limites géographiques.  C’est la source inépuisable qui a beaucoup inspiré  les artistes et les architectes des âmes.  Notre troupe  est animé par la volonté de de perpétuer cette tradition et contribuer à la préservation du patrimoine marocain authentique en général et l'art du Madih et du Samaâ. Elle ambitionne également de promouvoir le rayonnement de cet art et de favoriser sa transmission aux jeunes générations pour assurer la relève.



On va développer  des actions artistiques éclectiques et pétillantes. Reste à  assurer la continuité des rencontres culturelles qui réunissent d’une manière régulière des sommités intellectuelles et artistiques ainsi  que des jeunes prometteurs   pour un échange d’idées et d’expériences autour des valeurs humaines  et des  moyens susceptibles de cultiver l’esprit du partage et du dialogue.  Notre enjeu  est de développer davantage les rapports d’échange et de partenariat  avec tous les acteurs concernés et  tous les artistes créateurs  qui ont pu produire des œuvres remarquables au point de vue esthétique, ce qui confère à l’art marocain une qualité et une originalité incontestables.

Quelle est votre conception d’art ?




A mon sens, l’art est un pacte spirituel qui suscite la méditation et le recueillement.  J’essaie de percer les secrets de la vérité, ce qui va augmenter ma passion pour l’art et la beauté. Il s’agit d’un cheminement qui nous pousse à se débarrasser de nos prétendues connaissances et de toutes nos certitudes qui constituent autant de voiles. C’est un moyen visant la purification de l’âme et ce pour mener le récepteur vers la contemplation.