aliart.net Design Studio

L’artiste photographe Amine Noukoud

Mémoire tatouée

L’artiste photographe Amine Noukoud  (vit  et travaille à Casablanca),   a pris part   à une grande exposition   collective organisée  sous le signe « les mains qui voient»  du 12 au 26  décembre  2014  au Forum de la Culture à Casablanca (ex. Cathédrale Sacré Cœur) en hommage à l’artiste renommé Abderrahmane Rahoule.

Formant une plate-forme promotionnelle présentant tout ce qu’il y a de plus récent dans le domaine  des arts plastiques (peinture, sculpture et photographie), ce rendez vous   fournit l’occasion propice pour faire connaître les productions artistiques    et répond au souci  de s´ouvrir sur toutes les expériences d´ici et d´ailleurs.

Un artiste  expérimenté qui utilise le  médium photographique  comme  support premier  d’expression plastique  voire une  source d’inspiration inépuisable.  Son travail  est animé par  un élan coloré et   une touche  généreuse et  expressive, tellement rafraîchissante et envoûtante. La couleur reste   la matrice de ses œuvres, liée à son enfance, à sa mémoire tatouée, à  son être et ses états d’âme.  L’objet de cette expérience créative est d’aborder différemment la problématique du paysage en donnant la possibilité d’apporter une nouvelle  conception dans cette approche. Bien entendu,  elle est à la fois une contribution au traitement du paysage, mais aussi une contribution au débat sur les notions de paysage, de territoire, de rupture ou de continuité, à la fois dans le domaine  créatif  (peinture/photographie), mais aussi dans le temps (présent/passé), dans l’espace (distance et représentation), et dans la relation sociale au paysage  en général et au paysage désertique en particulier .

 

Artiste  designer graphiste et Webmaster  et chercheur accompli, Amine Noukoud     conçoit des œuvres figuratives   qui donnent  une âme aux  différentes couleurs et   textures, ce qui  permet une  impulsion  visuelle captivante. Il s’agit d’une photographie symbolique  qui véhicule des sentiments de triomphe et des enthousiasmes engendrés aux scènes  populaires  et aux fours traditionnels, comme code culturel et social.
L’acte photographique d’Amine Noukoud     est avant tout l’art de l’émotion, de l’impression s’attachant à  interpréter le mouvement  et la lumière dans un langage plus  plastique qu’iconographique. Sous l’influence de  l’instantanéité, l’artiste essaie de capter les moments fugaces des états d’âme, leurs mouvements et leurs atmosphères chromatiques.
A travers  des  techniques  photographiques bien élaborées, l'art  plastique  chez cet artiste   perd sa fonction de moyen privilégié de reproduction de la réalité objective ce qui renforce sa composante subjective et lui permet progressivement de s'affranchir des normes. Amine Noukoud    est bel et bien un  moderniste  dans son appréciation de l’art et de la photographie.  L’image photographique se veut   un lieu de partage d’expériences et de sens, un lieu de rencontre autour de l’art et de la création. Lien entre les créateurs, lien avec le public, c’est un lieu d’échanges ouvert à tous, ouvert sur la ville, la campagne  et au-delà. L’artiste de talent  a la volonté d’inscrire l’acte vivant de la création dans la ville, pour l’interroger mais aussi plus largement pour questionner notre monde, avec le désir de le bousculer, de le déranger parfois : « Pour être acteur et non pas consommateur de productions ou de propositions artistiques et parce que je  refuse  le « prêt à penser », il me  semble important de cheminer ensemble avec les outils matériels et intellectuels dont chacun dispose et de les partager pour mieux comprendre le fait artistique de la photographie. Parce que l’art est utile comme la pluie. C’est dans cette approche que j’ai pris part à l’exposition collective » les mains qui voient », espace de recherche, de réflexion, d’essais et de confrontation tant entre créateurs qu’avec le public. Une  belle expérience  pour favoriser la création  consacrée à la photographie, médium fortement indexé au réel. », nous a confié l’artiste.

Ahmed Tarek

Noukoud Amine

Né en 1986 à Casablanca.

Vit et travaille à Casablanca.

Lauréat de l’Institut IHB ART MEDIA à Casablanca.

Depuis 2009 : Expositions collectives au Maroc.

E.mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 


Acte  créatif bien ancré dans la  vie quotidienne

Le carrefour des arts graphiques  à  Essaouira envisage la présentation des  œuvres créatives  d’un nombre potentiel de designers venus de 20 pays. Cet événement qui  va  fêter   prochainement sa première  année d’existence sera marqué par la présentation des œuvres  de l’artiste designer Amine Noukoud (vit et travaille à Casablanca). Il s’agit d’une plate-forme de rencontres et de découvertes pour les professionnels qui viennent y repérer les nouveaux talents et mieux connaître les artistes qui exposent leurs créations. Ce carrefour  a choisi de faire appel à plusieurs artistes  afin de donner des points de vue différents sur les modes de vie de la société contemporaine à travers le design.


Riche de cette expérience, il décide de prendre son envol en lançant son studio de création. Il a réussi à se faire des passionnés, essentiellement dans le domaine culturel, mais il avoue que le design est une véritable aventure esthétique.
Ce qui lui plaît, c’est de créer pour des supports variés. Il apprécie aussi de travailler avec d’autres designers graphistes, quand un projet inclut des aspects interprofessionnels par exemple.
Ainsi, l’artiste designer marocain Amine Noukoud est catalogué parmi les designers marocains exposants qui militent pour créer un réseau interactif et une véritable industrie du design au sens plein du terme.
Lauréat   de l’Institut IHB Art Média  spécialisé en image de marque dans le secteur médiatique et directeur artistique du magazine électronique  Maginfo  pour l’art et la culture, Amine Noukoud   a remporté plusieurs prix d’estime et de consécration  dans le cadre des festivals   dédiés  exclusivement au design, avec pour but d’encourager et  de développer  davantage le dialogue entre les  pays et les civilisations. Il  est également  enseignant de design  et d’arts graphiques à plusieurs écoles spécialisées en la  matière.


Hassan Nour (critique d’art)