aliart.net Design Studio

L’événement artistique de l’année

Deuxième  édition du Salon National d’art Contemporain



Le Forum de la culture à Casablanca (ex. Cathédrale Sacré Cœur) abrite jusqu’au 31 mars 2013 la deuxième édition du Salon National d’art Contemporain. Il s’agit d’une manifestation artistique de grande ampleur placée sous le signe : « fête de la création » initiée par l’Association Nationale des Arts Plastiques et

 

organisée par Sud Events avec le soutien de la Wilaya du Grand Casablanca et en partenariat avec le ministère de la culture, le Conseil de la Ville, la Région du Casablanca et d’autres partenaires publics et privés.

Ce salon  se veut un espace optimal de dialogue et d’échange  entre des artistes créateurs provenant d’horizons différents et les publics, tout en étant en phase avec notre contemporanéité, avec ses évolutions
culturelles, économiques et sociales. Plus de 130 artistes  exposants ont bien voulu exprimer leur passion pour l’art et contribuer ainsi à sa démocratisation dont les styles diversifiés ont pu drainer  plus de 1000 visiteurs par jour  et attirer l’attention de plusieurs écoles concernées qui ont initié des visites guidées animées  conjointement par par Dr.  Abdellah Cheikh, critique d’art,  et  Abderrahman Benhameza, commissaire du salon.
La cérémonie d’ouverture   a été ponctuée  par  la présence effective de MM. Mohamed Amine Sbihi,  ministre de la culture,  Abderrahmane Youssoufi , ancien premier ministre,  Mohamed Boussaid, wali de la Région du Grand  Casablanca,  Chafik Benkirane , président du Conseil de la Région du Grand  Casablanca, Ahmed Brija,1er vice président du Conseil de la Ville   ainsi que par    la présence massive de plusieurs artistes  marocains et étrangers et  des  présidents et invités  d’honneur. Une occasion propice  pour apprécier les œuvres représentatives de sept  peintres marocaines défuntes : Chaïbia Talal, Meriem Ameziane, Fatima Hassan, Fatna Gbouri, Sâadia Bayrou, Benhila Regraguia et Dounia  Oualit.
Rompant avec la logique dominante  de production et de circulation du marché des biens symboliques et des richesses immatérielles, cet événement créatif  défend un art au pluriel qui interroge et qui opère sans jamais avoir recours  aux  procédés  stéréotypés.  Il  cherche à  animer l’espace urbain  et activer  les choses de l’art,  en faisant avancer l’idée de l’art lui-même. Ainsi, « Salon National d’art Contemporain » accompagne le surgissement de l’art et son éclosion sur le vif  et  favorise l’idée d’un art  interactif dévoué à   la proximité et à la citoyenneté, et  ce à travers tous les  éléments de valorisation : éclairage adéquat, accrochage bien étudié, revêtement honorifique, ambiance digne des musés, espace café  culturel, pavillon pour les publications artistiques…
Carrefour   de l'accueil et du partage, ce salon  table sur  des procédures constitutives d’une nouvelle définition de l’art déliée de son contexte  ordinaire (galeries, foires, biennales  …)  et mercantile (salles des ventes aux enchères) et connectée avec les terrains du monde commun : places aux artistes hors du commun.
Le salon, premier dans son genre au Maroc, ambitionne, donc,  d’intervenir comme une structure artistique performante  pour modifier l'idée de l'art, identifier et activer des pratiques intra visuelles, constituer une alternative aux valeurs établies, affirmer un nouveau statut de l’art basé sur la proximité et  l’accessibilité, composer une masse critique optimale.
Loin de toute intervention  unipersonnelle,   cette manifestation pilote  au Maroc  agit  à échelle systémique et macro artistique (peinture, sculpture, photographie, installation...) dépassant l'échelle d’un  groupe restreint d’artistes. Ce mode d'organisation  et d’animation que  les organisateurs ont  adopté  est une mise en synergie de subjectivités attachées aux mêmes valeurs assurant ainsi l’émergence d’une créativité imposante.
Institution horizontale, le salon  dont le président est  l’artiste peintre de renom   Abdellatif Zine implique  dans sa démarche participative une réception  consistante.  Il s’agit d’un public diversifié (journalistes, étudiants, professeurs, critiques d’art, collectionneurs,  fans et  passionnés d’art) qui,   volontairement et consciemment, interfère avec les  œuvres exposée.
Par cette initiative, l’Association Nationale des Arts Plastiques a pu créer  l’événement  artistique  de l’année à l’unanimité en contribuant  au développement  culturel durable. Sur les enjeux qualitatifs de ce salon, Abdellatif Zine nous a confié : «  les pratiques culturels et les arts plastiques en particulier sont  au centre de tout le processus de développement, surtout dans un pays comme le nôtre qui n’a d’autres richesses que ses potentialités humaines. La culture visuelle  est justement un facteur de mobilisation de cette richesse immatérielle.  Elle  est un pôle de développement  humain par excellence. Notre  démarche  est basée sur la participation et l’ouverture sur toutes les potentialités artistiques  du pays sans discrimination. Il est temps de donner  de la valeur  et du sens à ce foisonnement plastique que vit le pays depuis près d’une décennie et à tous les niveaux de création.  J’ai du mal à comprendre pourquoi  les responsables des musées dans notre pays n’ont  pas  encore  initié   une  visite  à notre salon dans le cadre d’une commission composée  de membres  concernés pour  choisir  des œuvres représentatives  des  artistes qui méritent  d’êtres figurés dans les collections nationales.  C’est  cette commission  qui a  l’habilité de sélection   objective pour ne  pas  répéter  l’expérience déplorable d’un individu  qui a  cautionné ses amis et ses copains  au détriment de la qualité artistique.  Le Maroc a  besoin d’une ingénierie culturelle et d’une stratégie de longue haleine à l’instar d’autres secteurs. Ainsi, ce  salon assure sa continuité grâce à nos partenaires privés et publics qui ont répondu favorablement à notre appel, en soutenant volontiers   notre action promotionnelle notamment le wali   du  Grand Casablanca, le ministre  de la culture, le président du   Conseil de la Ville, le président de  la Région du Casablanca et bien d’autres encore. Tous nos sincères remerciements vont, donc, à tous les acteurs concernés qui nous ont accompagné de leurs réels soutiens, et qui continuent à le faire.   Nous profitons de ce contexte pour rendre  un vibrant hommage à la dynamique qu’ils œuvrent à ancrer pour l’échange et le partage  entre les artistes et leurs publics.».
Tous les passionnés  et les artistes participants s’accordent à dire que cette  manifestation envisage de  répondre à un besoin identifié au Maroc en terme de  création plastique  dans toute sa diversité et sa  pluralité : un rendez-vous artistique  révélant  l’engagement  de l’Association Nationale des Arts Plastiques à répondre concrètement et efficacement à l’appel des artistes  créateurs qui font preuve de leurs savoirs artistiques en la matière.
En tant qu’espace performant  de réflexion et de médiation pour agir et partager,  le  salon a gagné le pari de la continuité, en  faisant voir  les œuvres  illustres  des artistes d’une grande qualité créative, toutes tendances et régions confondues.
Fidèle à ses missions culturelles, qui consistent, entre autre, en la promotion des talents et potentialités créatives, l’Association Nationale des Arts Plastiques   a développé  davantage un nouveau  concept de la  « médiation artistique » qui propose aux passionnés de création  une autre façon d’apprécier l’art plastique en le rendant accessible à tous. Ainsi, la quatrième édition de l’événement «Faddae Ennas»    sera organisée du  26  au 28   avril  2013 à  la place Djamaâ El F’na à Marrakech sous le signe  «Addikra Addahabia»,  célébrant  la commémoration du 50éme anniversaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et illustrant  ainsi les liens indéfectibles entre le Souverain et toutes les composantes de la société nationale dont les artistes plasticiens, qui ont régulièrement bénéficié de la haute sollicitude royale.


Par Dr.Ahmed Salim Ahmed (critique d’art tunisien)

 

 

Flash


Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

Warning: Creating default object from empty value in /home/maroccul/www/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109