aliart.net Design Studio

L’artiste irakien Mohammed Ali Abdul Sahib

Le droit à la mémoire

La 2ème édition de la Foire Internationale d’Art Contemporain de Casablanca  a été marquée par la participation de l’artiste peintre et designer irakien Mohammed Ali Abdul Sahib (né en 1970).

 

Lauréat de l’Université d’Art en Angleterre en 1999, option design graphique, cet artiste de grand talent figure parmi les acteurs les plus représentatifs de l’art au service de la question expressionniste. Il fait partie des artistes de la « nouvelle figuration » et de « la cause humaine » loin de « l’imagerie médiatique événementielle ». Il nous met face à un autre regard d’une autre nature celui de l’imaginaire artistique de ceux et celles qui rêvent à une vie libre et indépendante !

Pour lui, l’art est un objet de recherche perpétuelle empreint de matière épique et de forme expressive. Dans un esprit de continuité, Mohammed Ali ne cesse de nous offrir un espace familier à la création contemporaine qui est le reflet de nos terroirs, et le miroir de toutes les tentatives et expérimentations multiples d’un art contemporain arabe qui s’est forgé à l’évidence, dans le voyage et le déplacement. Son art ne reflète nullement l’art occidental et reprend le fil d’une quête qui est celle-là même de la plupart des créateurs irakiens... qui consiste à tenter d’identifier, à travers le prisme d’une situation historique complexe et à l’aune d’un terri le destin, les éléments épars d’une esthétique commune. La terre... L’expropriation... L’arrachement... L’exil... Le déplacement... Le transit... Le retour… Autant d’aspects et de symboles que cet artiste, qui vit et travaille actuellement à Casablanca, cherche à mettre en lumière, à faire (re)vivre et à immortaliser à travers ses productions artistiques. Comme s’il cherche à exorciser la douleur de l’être ...

A travers un imaginaire profondément marqué par une histoire passionnante, l’artiste, à sa propre manière, met en scène sa muse : l’homme dans  tous ses états. Il nous donne à voir une réalité purement subjective. Mohammed Ali Abdul Sahib nous livre toute une série protéiforme qui rassemble un panel d’oeuvres, de démarches, de supports, de techniques, de styles allant de la peinture figurative, à la peinture symbolique, à la peinture expressionniste et bien d’autres modes d’expression artistique susceptibles de mettre en valeur les états d’être . Les travaux de ce peintre chercheur nous offrent la vision onirique que cet artiste se fait de l‘Homme, de sa terre universelle, tout en posant d’emblée la problématique du territoire comme élément indissociable de l’identité collective et personnelle. L’artiste est catalogué parmi les créateurs, vivant en dedans ou en dehors les questions existentialistes, qui contribuent à entretenir et à perpétuer l’histoire de l’humanité, et ce dans un sens distancié et objectivé.

Mohammed Ali met en scène symboliquement la liberté de mouvement entravée : Des chevaux et de corps, collectifs ou individuels soumis à une « surveillance humiliante ». Les thèmes qu’il traite à travers son art connotatif montre bien sa préoccupation de la situation actuelle et son implication dans la cause humaine à l’abri de la mondialisation sauvage. Il cherche à montrer à la face du monde les injustices, les aberrations, les abus, les douleurs et les souffrances de l’être, en transgressant cette réalité et la (re)modelant au gré de sa sensibilité et de ses représentations du monde contribuant ainsi au développement de l’art et de la culture. Tous les tableaux laissent transparaître une profonde influence des symboles de sa terre natale qui parlent à notre entendement, à nos sentiments, à nos tripes, à notre raison. Ils nous font écouter le murmure de ses êtres, leurs cris, leurs monologues…

Témoin de notre existence effective et éminemment paradoxe, Mohammed Ali s’inspire également du réel marocain et de la mémoire collective de ses citoyens, en mettant en valeur le patrimoine symbolique de notre vécu , ses richesses artistiques et sa magie populaire.

Loin de toute tendance occidentalisée, la peinture expressionniste de Mohammed Ali s'inscrit dans une actualité intemporelle. Cet artiste peintre et designer capte et restitue en couleurs magiques la beauté apparente et latente des êtres et des choses, dans une gestualité débordante et fluidité chromatique surprenante.

Après avoir examiné l'esprit restreint de la figuration académique, l’artiste remet en question les mouvements picturaux passés et présents, en élaborant avec certitude et maîtrise un langage plastique qui engendre par son contenu esthétique une nouvelle vision de l’homme loin de toute sensualité et exotisme. La dimension absracto-figurative de ses tableaux ne se borne pas à une simple énonciation expressive, mais implique la notion de rêve liée à celle de représentation subjective.